Il fallait s’y attendre: à surfer sur les blogs du monde entier, et surtout de France, il fallait bien qu’un jour je rate une recette parce que les ingrédients varient d’un pays à l’autre.

Ma déconfiture de ce matin: un cake au chèvre, aux tomates séchées et aux olives qui a plutôt l’air d’une brique. Zut!

Il y avait maintenant 4 jours que j’avais acheté des moules à gâteau en silicone et je mourais d’envie de les essayer. Les dizaines de recettes de cakes salés (un concept assez inconnu de ce côté-ci de l’Atlantique) me tentaient aussi au plus haut point.

Donc, ce matin, toute guillerette, j’ai entrepris de faire un cake salé dans mon moule en silicone. Tout à fait logique, non? Eh bien, j’aurais dû mieux me renseigner!

La recette disait «farine à gâteau» et à côté il y avait une parenthèse qui disait «important!». J’aurais dû me douter de quelque chose… Vous voyez, au Canada, la farine à gâteau est tout simplement une farine plus légère que la farine tout-usage. Rien n’y est ajouté. Alors qu’en France, d’après ce que j’ai compris, cette farine contient de la levure chimique… Évidemment, je n’en ai pas ajouté, d’où la brique!



J’ai modifié légèrement la recette de Marmiton, utilisant 175 g de fromage de chèvre aux fines herbes et ajoutant 100 g de yogourt nature pour arriver grosso-modo aux 300 g de fromage de chèvre demandés. J’ai aussi omis toutes les fines herbes parce que mon fromage en contenait beaucoup. De plus, j’ai omis la poitrine fumée et l’ai remplacée par des tomates séchées. Et j’ai utilisé des olives kalamata plutôt que des olives vertes. Bon, vous me direz, il ne reste plus grand chose de la recette d’origine… Mais j’ai tout de même respecté les proportions oeufs-farine. Enfin, pour faire joli (et surtout pour vider un des nombreux bols qui hantent mon frigo), j’ai mis des mini-bocconcini sur le dessus.

Le verdict :
Le cake est absolument délicieux, riche et plein de saveurs (même M., qui n’aime pas le fromage, en redemande), quoique un peu massif… la prochaine fois, je m’assurerai d’ajouter de la levure chimique.
Les moules en silicone sont aussi extraordinaires qu’on le dit.
Bref, pas un fiasco complet… ouf!